repères mode, un créateur

interview

C’est le dessin qui m’a guidé vers la maroquinerie. Les matières peu à peu s’imposent dans mon dessin.

 

« C’est l’histoire d’une passion qui, progressivement mais sûrement, arrive à une étape importante. Voici près de seize ans que le goût de la matière cuir m’est venu  » déclare Hocine Bouzahzah, qui poursuit :  » J’ai toujours adoré le dessin, et la couleur. J’ai dessiné d’abord beaucoup de sandales, de chaussures, que je reproduisait en carton colorié, faisant en définitive le patron d’un produit que je pouvais enfiler.

d’un sac et la rigueur d’une anse en bambou ou en plastique dur, le mélange cuir et fourrure, cuir lisse et croûte de velours. Le moindre échantillon de reptile, de vachette, me sert, m’inspire, me donne des idées. J’aime ces matières qui stimulent la création.

 

Je suis surtout inspiré par le sac porter main et je l’accompagne des objets de petite maroquinerie indispensables. Pour les fermetures, ma préférence va à l’aimant, discret, efficace, qui ne se coince jamais. Par passion, je fais à chaque fois une pièce unique. Créateur, je me réserve toujours le dessin. Le cuir est ma matière préférée. J’aime aussi le contraste entre les matériaux.

Ce que je souhaite avant tout ? Que l’objet que j’ai pensé et fabriqué fasse plaisir. C’est le retour que j’attends de mon travail. Je suis implanté à Colmar. Les créateurs en maroquinerie ne sont pas nombreux dans notre région : j’entretiens des contacts directs avec mes clients, je fais du sur mesure… Au plan régional, je suis membre de la Fédération Régionale des Métiers d’Art d’Alsace, et je participe ainsi 3 à 4 fois par an aux expositions de créateurs et d’artisanat d’art qu’elle organise.

Ma présence à Paris dans la Rue des Créateurs du Salon de la Maroquinerie® est une première pour moi. « 

IMAGES DE LA MAROQUINERIE FRANÇAISE • SPÉCIAL EXPOSITIONS • JANVIER 2005 • numéro 42